Les vins de Coco

Les trois cuvées et leurs lumineuses étiquettes

A la fin de l’hiver, l’équipe du Domaine partagé est allée faire la dégustation tant attendue, les vins de Coco (Coraline Boget pour ceux qui ne la connaissent pas).
Des vins tout en fraicheur, simples et précis.
Un beau millésime pour cette jeune passionnée tout juste installée.

Bravo Coco, nous te souhaitons une pleine réussite dans cette nouvelle activité !

Coraline Boget / Drumettaz-Clarafond / 07 62 91 06 78
http://www.vinscoralineboget.fr/les-vins.html
https://www.facebook.com/Coraline-Boget-Les-vins-105087301401272/

Cache-cache

Pour nous, ce n’est pas un jeu, mais une activité à part entière !

Tous les printemps, nous remplaçons les ceps manquants (morts de maladies, sécheresse …) par de jeunes plants. Et pour les protéger de l’appétit des lapins ou du rotofil, nous leur mettons un cache.

Plant de l’année dernière à l’abri dans son cache

Cricri et Bibi, les 2 nouvelles cuvées

Nouvelles parcelles, nouveaux vins.
Et (presque) comme dans la chanson d’Yves Jamait,
l’un est blanc (Jacquère) et l’autre rouge (Gamay Mondeuse).

Cricri et Bibi, des vins simples, généreux et lumineux,
à l’image du propriétaire des parcelles (Fabien), et des deux artistes du vin (que vous aurez reconnu).

Michel Tolmer les a croqués, avec son talent habituel. Merci à lui !

Chanson à laquelle il est fait allusion “les deux amants” : https://www.youtube.com/watch?v=CCseVzSRCA0
et que j’aime beaucoup “et je bois !” https://www.youtube.com/watch?v=VvHobwsZHBw

Pour découvrir le travail de Michel Tolmer : https://www.glougueule.fr/categorie/michel-tolmer/

Christine, une grande dame au grand coeur

et un soutien sans faille.
Que serait Gilles sans Christine ? Que serait le domaine ?
Trois enfants, un compagnon exigeant,
un domaine à créer, à développer et à pérenniser….
depuis des années, Christine s’investit sans compter, avec toute son âme, sa générosité et son inépuisable énergie.

Et il en faut de l’énergie et de la patience pour suivre son compagnon hyperactif et accueillir tous ceux qui passent au domaine !

Mais Christine est aussi une soignante. Soigner est son métier, sa vocation : tout d’abord en tant qu’infirmière auprès des personnes âgées ; et aussi auprès de ceux dont elle perçoit la souffrance.

Enfin, Christine, c’est un sourire rayonnant, des yeux envoutants, un rire ensorcelant… et un fichu caractère : si quelque chose ne lui plait pas, gare ! Elle vous le fait savoir !

Christine, une grande dame, un grand coeur !

Bon anniversaire !

De la valériane pour la gelée

Première semaine d’avril, de fortes gelées sont annoncées.
Ca urge ! Il faut prendre soin de nos vignes!

En fervents partisans des soins par les plantes, Gilles – aidé de Christine et Camille – et le Domaine Pascal Quenard ont pulvérisé de la valériane… Comme dit Gilles, on ne sait pas comment ça agit, mais au moins on aura tout entrepris et mis l’intention pour que cela se passe bien !

Et bien, après un premier tour des vignes jeudi en fin d’après-midi puis vendredi matin, il apparaît que très peu de bourgeons sont touchés.

Nous pensons bien à tous ceux qui n’ont pas eu notre chance.

Audrey, la liberté assumée

Qu’on se le dise, Audrey est une femme libre.

Elle se contrefout des conventions et assume entièrement ses choix. Et que personne ne vienne l’irriter, car elle sait mettre ses poings au service de ses convictions. Gare à celui qui se risque à insulter quelqu’un en sa présence !

La diversité de son langage fleuri, la puissance de ses biscottos et son inaltérable bonne humeur dans les vignes en font une équipière précieuse. Et en plus, elle sait tout faire : relever, rogner, porter, maquiller, épiler (esthéticienne officielle des nanas du Domaine), manier le perfo, …. Et il est certain que ce n’est pas un changement de dizaine (ahah) qui y changera quelque chose…

Merci à toi d’être toi et bon anniversaire !


Tout est en bouteille !

Grand moment pour le vigneron, car ultime étape de son travail de la vigne et du vin : l’embouteillage.
Etape cruciale qui exige matériel et savoir-faire. Gilles et Christine font appel au professionnalisme de l’équipe d’Oenoservice ; Merci à Benjamin, Sébastien, Gaëtan, Jérémy et les autres !.
Le 10 février, embouteillage des cuvées Les Fripons, El Hem, Jaja et Cricri (vous ne la connaissez pas celle-là ! Nous vous la présenterons plus tard….).
Et le 8 mars, en cette journée du droit des femmes, Les  Filles, Les Christine, La Deuse & Bibi (une nouvelle aussi).
Il ne nous reste qu’a tout goûter !

Il faut être costaud pour brasser toutes ces bouteilles !

Attachons attachons

Après avoir tendu les fils, il nous faut attacher. Mais attacher quoi, nous direz-vous. Et bien les rameaux. En effet, la plupart de nos vignes sont taillées en guyot : un courson à deux “yeux” (futurs bourgeons) et une baguette (dont le nombre d’yeux varie en fonction de la vigueur du cep).

Et ces baguettes, il nous faut les plier le long du premier fil de palissage et les attacher.

Un travail minutieux – selon les conditions météo, les rameaux peuvent être cassants, et à chaque rameau cassé, ce sont des raisins en moins ! – mais propice à la méditation (pour ceux qui aiment çà) ou aux discussions.

les deux Christine en pleine action