Cricri et Bibi, les 2 nouvelles cuvées

Nouvelles parcelles, nouveaux vins.
Et (presque) comme dans la chanson d’Yves Jamait,
l’un est blanc (Jacquère) et l’autre rouge (Gamay Mondeuse).

Cricri et Bibi, des vins simples, généreux et lumineux,
à l’image du propriétaire des parcelles (Fabien), et des deux artistes du vin (que vous aurez reconnu).

Michel Tolmer les a croqués, avec son talent habituel. Merci à lui !

Chanson à laquelle il est fait allusion “les deux amants” : https://www.youtube.com/watch?v=CCseVzSRCA0
et que j’aime beaucoup “et je bois !” https://www.youtube.com/watch?v=VvHobwsZHBw

Pour découvrir le travail de Michel Tolmer : https://www.glougueule.fr/categorie/michel-tolmer/

Christine, une grande dame au grand coeur

et un soutien sans faille.
Que serait Gilles sans Christine ? Que serait le domaine ?
Trois enfants, un compagnon exigeant,
un domaine à créer, à développer et à pérenniser….
depuis des années, Christine s’investit sans compter, avec toute son âme, sa générosité et son inépuisable énergie.

Et il en faut de l’énergie et de la patience pour suivre son compagnon hyperactif et accueillir tous ceux qui passent au domaine !

Mais Christine est aussi une soignante. Soigner est son métier, sa vocation : tout d’abord en tant qu’infirmière auprès des personnes âgées ; et aussi auprès de ceux dont elle perçoit la souffrance.

Enfin, Christine, c’est un sourire rayonnant, des yeux envoutants, un rire ensorcelant… et un fichu caractère : si quelque chose ne lui plait pas, gare ! Elle vous le fait savoir !

Christine, une grande dame, un grand coeur !

Bon anniversaire !

De la valériane pour la gelée

Première semaine d’avril, de fortes gelées sont annoncées.
Ca urge ! Il faut prendre soin de nos vignes!

En fervents partisans des soins par les plantes, Gilles – aidé de Christine et Camille – et le Domaine Pascal Quenard ont pulvérisé de la valériane… Comme dit Gilles, on ne sait pas comment ça agit, mais au moins on aura tout entrepris et mis l’intention pour que cela se passe bien !

Et bien, après un premier tour des vignes jeudi en fin d’après-midi puis vendredi matin, il apparaît que très peu de bourgeons sont touchés.

Nous pensons bien à tous ceux qui n’ont pas eu notre chance.